Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> >

Les expositions

Le trait en majesté, dessins français du XVIIe dans les collections du musée Fabre

Charles le Brun - tête d'homme enturbannée © Musée Fabre de Montpellier Agglomération

28 janvier 2011 - 14 mai 2011

L'exposition est prolongée jusqu'au 15 mai.

Le trait en majesté, dessins français du XVIIe siècle dans les collections du musée Fabre expose pour la première fois l’exceptionnel fonds de dessins français du XVIIème siècle.

Le département des arts graphiques du musée Fabre, l’un des plus importants des collections publiques françaises réunit un large éventail d’œuvres des plus grands artistes, de la Renaissance au XXe siècle. De Raphaël à Matisse, il comprend plus de 6 500 dessins et gravures rassemblés grâce aux libéralités des grands donateurs qui ont contribué à enrichir le musée Fabre ? Valedau, Bruyas, Bonnet-Mel et Jules Canonge - .
L’exposition illustre avec des feuilles magistrales le rôle fondamental du dessin dans l’enseignement académique ; elle est aussi l’occasion de publier le premier catalogue scientifique consacré à un des fonds majeurs des arts graphiques du musée.
Rarement montrés au public à cause de conditions particulières et contraignantes de présentation (faible éclairage, courtes durées d’exposition) ce précieux ensemble de dessins de Poussin, La Hyre, Le Sueur, Le Brun ou d’artistes plus rares, investit cet hiver les salons Fabre des collections permanentes. L’importance que François-Xavier Fabre, premier directeur du musée, accorda à l’art du dessin trouve un bel écho, quelques siècles plus tard, avec ces feuilles remarquables accrochées sur les murs qui servirent, autrefois, à abriter l’atelier du peintre. La variété des techniques utilisées (lavis, sanguine, pierre noire, plume) invite le public à renouveler sa vision des collections. Il participe ainsi à un moment privilégié de la création artistique où les hésitations, les faiblesses et la grandeur des artistes se dévoilent spontanément dans le maniement de la plume, l’épaisseur du trait d’un lavis ou d’une pierre noire.


Retour