Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> > >

Les expositions

Alexandre Hollan, le chemin de l'arbre à Fa útja

Alexandre Hollan, le chemin de l'arbre à Fa útja © Musée Fabre de Montpellier Agglomération

3 mars 2012 - 3 juin 2012

Le musée Fabre de Montpellier Agglomération met à l’honneur aujourd’hui, en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Budapest, Alexandre Hollan, le chemin de l'arbre à Fa útja , exposition consacrée à l’oeuvre graphique de cet artiste hongrois, qui a construit l’essentiel de son travail en parcourant l’arrière-pays héraultais. Du 3 mars au 3 juin 2012, une soixantaine de dessins et grands formats du peintre retracent le parcours sensible d’Alexandre Hollan, avec comme ligne directrice, ses variations sur les arbres du Midi, dans les galeries contemporaines du musée. Un catalogue bilingue français-hongrois accompagne cette exposition, présentant l’ensemble des feuilles choisies.

Cette exposition s’inscrit dans une série de manifestations : alors que Les vies silencieuses de l’artiste viennent d’être exposées au musée Morandi de Bologne, la Galerie Vieille du Temple à Paris, qui représente plusieurs familiers du musée Fabre comme Vincent Bioulès ou Pierre Buraglio, organise une exposition des travaux récents d’Alexandre Hollan, Arbres et Vies silencieuses, du 15 mars au 16 mai 2012.

Alexandre Hollan, un artiste libre

Peintre hongrois né en 1933 à Budapest, et vivant en France depuis 1956, Alexandre Hollan partage son temps entre Paris et le Languedoc. L’exposition Alexandre Hollan, le chemin de l'arbre à Fa útja , organisée avec le Musée des Beaux-Arts de Budapest, qui a accueilli cette exposition du 29 novembre 2011 au 5 février dernier, inaugure une première collaboration avec cette grande institution européenne, et ancre l’oeuvre d’Alexandre Hollan au sein de ses deux patries : la première, la Hongrie, qu’il a quittée après le soulèvement et la sanglante répression qui s’ensuivit en 1956 ; la seconde, la France, patrie qu’il a choisie, qu’il a arpentée de part en part à la recherche de ses arbres, posant en plein air son atelier, gagnant ainsi a chaque étape une nouvelle liberté.


Retour