Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> >

Les expositions

Abstractions américaines, 1940-1960

2 juillet 1999 - 2 octobre 1999

Pavillon du musée Fabre, Montpellier

Poursuivant son exploration de certains grands courants artistiques qui ont jalonné le XXe siècle (Vieira da Silva, 1994 ; Jean Hugo, 1995, Claude Viallat, 1997, Gaston Chaissac, 1998...), le Pavillon du musée Fabre ouvre ses portes à la peinture abstraite américaine.

Cette école de New York souvent réduite à quelques noms prestigieux, Pollock, De Kooning, Rothko, est en réalité mal connue d'un large public. L'art américain est, de manière générale, absent des collections publiques et de la programmation des musées français, perçu de manière univoque, sans que la diversité des tendances ne s'exprime. Cette exposition tente de remédier à ces injustices. Elle est le fruit d'une collaboration active entre le musée Fabre, M. Serge Lemoine, professeur à la Sorbonne, conservateur en chef du musée de Grenoble et co-commissaire de l'exposition ainsi que les étudiants de l'université Paris-Sorbonne. C'est cette période à la fois brillante et foisonnante de l'après-guerre que tente de retracer l'exposition à travers une sélection d'une quarantaine d'oeuvres provenant de grandes collections européennes (Grenoble, Nantes, Paris, Centre Georges Pompidou - Musée National d'Art Moderne, Düsseldorf, Amsterdam..) et nord-américaines (Brooklyn Museum, Metropolitan Museum, New York, ; Albright-Knox Gallery, Buffalo ; musée d’Ottawa) sans oublier la contribution exceptionnelle de nombreux collectionneurs privés et de galeries (Robert Miller Gallery, New York ; Joan T. Washburn Gallery, New York ; The David Mirvish Gallery, Toronto). Alors que triomphent à New York, Londres, Washington et Paris les imposantes rétrospectives Pollock et Rothko, il nous a semblé particulièrement opportun d'ouvrir les espaces du Pavillon à la jeune création américaine de l'après-guerre au moment du triomphe de l'Ecole de New York qui a pour la première fois dans son histoire, pour paraphraser le titre d'un ouvrage bien connu, vola à l'Europe l'idée d'art moderne.


Retour