Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> > >

Les expositions

Maurice-Elie Sarthou (1911-1999)

22 mars 2014 - 29 juin 2014

Réalisé avec Galleria.

Exposé à partir de 1955 à la galerie Marcel Guiot à Paris, année où il reçoit le Prix de la Critique, Maurice-Elie Sarthou (1911-1999) est l’un des représentants de la nouvelle École de Paris des années 1950. Formé aux Écoles des Beaux-Arts de Montpellier et de Paris, remarqué par les grandes collections muséales françaises dès ses débuts en peinture, ce paysagiste aux tendances abstraites a représenté avec vigueur les paysages sétois, la Provence, les Alpilles et la Camargue. Il partageait son travail entre ses deux ateliers de Sète et de Paris.

En savoir plus



François-André Vincent (1746-1816)

Exposition François-André Vincent

8 février 2014 - 11 mai 2014

A l’occasion de la publication du catalogue raisonné François-André Vincent – un artiste entre David et Fragonard, par J.P. Cuzin (ancien conservateur général du département des peintures du musée du Louvre), le musée Fabre et le musée des Beaux-Arts de Tours s’associent afin de présenter la première rétrospective consacrée à cet artiste.

L’exposition du musée Fabre met en lumière cet artiste méconnu du public, qui fut pourtant l’un des grands rivaux de David, et dont les œuvres ont été confondues avec celles de Fragonard. Elle montre aussi la place essentielle qu’il a occupée dans la peinture française, tant à travers sa production de peintures d’histoires que de portraits. Ses nombreux portraits-charge attestent d’ailleurs de la virtuosité de son œuvre, non seulement peinte mais aussi dessinée.

En savoir plus



En savoir plus



Le goût de Diderot

Le goût de Diderot

5 octobre 2013 - 12 janvier 2014

À l’occasion du tricentenaire de la naissance de Denis Diderot (5 octobre 1713 à Langres), le musée Fabre de Montpellier Agglomération et la Fondation de l’Hermitage à Lausanne s’associent pour proposer une exposition hommage à cette figure majeure des Lumières françaises, Le Goût de Diderot. Possédant l’une des plus belles collections de peinture du XVIIIe siècle dont des oeuvres d’artistes estimés de Diderot, il était naturel pour le musée Fabre de Montpellier Agglomération d’être présent dans la célébration de ce tricentenaire.

Près de quatre-vingts peintures, sculptures, dessins et gravures de quarante-trois artistes sont réunis dans cette exposition labellisée d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication. Elle est présentée en première étape à Montpellier, du 5 octobre 2013 au 12 janvier 2014, puis à Lausanne, à la Fondation de l’Hermitage, du 7 février au 1er juin 2014. Des oeuvres des plus grands peintres (Boucher, Chardin, Greuze, Vernet, Vien, David…) et des plus grands sculpteurs (Pigalle, Falconet, Houdon, Allegrain…) réunies grâce à des prêts d’institutions prestigieuses, françaises et internationales, offrent aux visiteurs un large panorama de l’art français au temps de Diderot.

En savoir plus



Signac, les couleurs de l'eau

Exposotion Signac, Les couleurs de l'eau © Musée Fabre de Montpellier Agglomération

13 juillet 2013 - 27 octobre 2013

A l’occasion du cent-cinquantenaire de la naissance de Paul Signac (1863-1935), le musée Fabre de Montpellier Agglomération présente une exposition consacrée à cet artiste, membre fondateur et théoricien du mouvement néo-impressionniste. Le peintre, navigateur passionné, a possédé plus de trente bateaux tout au long de sa vie. De ses premières études des bords de Seine des années 1880 à la série des Ports de France initiée à l’âge de 65 ans, il explore l’infinie variation des eaux, du ciel, des lumières. Grand coloriste, l’artiste s’est emparé de techniques variées - huile sur toile, lavis, dessin et aquarelle, peinture sur éventail - pour traduire les évolutions du motif aquatique.

En savoir plus



Prix Félix Sabatier

Zaïnab Andalibe, Objet de discorde / Nelly Monnier, Collage (Symi)

23 mars 2013 - 28 avril 2013

Exposition présentée dans les Galeries contemporaines.

Du samedi 23 mars au dimanche 14 avril, le musée Fabre de Montpellier Agglomération présentera dans ses collections permanentes les œuvres des deux lauréates du prix Félix Sabatier 2012, Zaïnab Andalibe et Nelly Monnier, remis le 30 janvier dernier par la Fondation Typhaine, le musée Fabre de Montpellier Agglomération et Nicole Bigas, Vice-présidente de Montpellier Agglomération déléguée à la Culture et aux Enseignements artistiques. Ce prix distingue le travail des étudiants des écoles supérieures d’art partenaires. Il offre aux deux lauréates, Zaïnab Andalibe, de l’Ecole Supérieure des beaux-arts de Montpellier Agglomération, et Nelly Monnier, de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, une bourse de 5 000 € et l’opportunité d’exposer au sein des collections du musée Fabre de Montpellier Agglomération pendant 3 semaines.

En savoir plus

L’atelier de l’œuvre : dessins italiens de Raphaël à Tiepolo

L'atelier de l'oeuvre. Dessins italiens de Raphaël à Tiepolo

16 février 2013 - 12 mai 2013

A l’occasion de la publication de son fonds de dessins italiens, le musée Fabre de Montpellier Agglomération présente l’exposition L’atelier de l’œuvre : de Raphaël à Tiepolo, dessins italiens du Musée Fabre. Ensemble majeur du musée riche de près de 500 feuilles, ce fonds regroupe un florilège qui de Raphaël à Tiepolo offre un panorama des arts graphiques italiens du XVIe au XVIIIe siècle. L’exposition révèle au public une sélection des plus belles pièces, étudiant notamment l’élaboration des dispositifs iconographiques et formels selon le cheminement de la pensée créatrice des artistes. Afin d’analyser cette fabrique de l’œuvre de façon plus approfondie, le parcours s’organise autour de 5 dossiers ; ils rapprochent, souvent de manière inédite, plusieurs œuvres de nos propres collections avec des prêts d’institutions nationales et internationales qui mettent en exergue les chefs-d’œuvre de la collection : Raphaël, Parmesan, Daniele de Volterra et Giovanni Baglione.

En savoir plus

Geneviève Asse

Exposition Geneviève Asse © Musée Fabre de Montpellier Agglomération

24 novembre 2012 - 10 mars 2013

Les anciens trouvèrent leur bleu dans le vitrail ou la céramique. Moi, je l’ai trouvé dans la peinture. C’est un sentiment de profondeur et d’espérance réunis. Il est les deux. Et ce n’est pas seulement une couleur ou un sentiment. C’est un langage.
Geneviève Asse, 20 août 1995

Poursuivant son exploration des tendances de l’art abstrait français, le musée Fabre de Montpellier Agglomération met à l’honneur cet hiver l’œuvre de Geneviève Asse.

Parcours d’une artiste libre

Née en 1923 à Vannes, Geneviève Asse découvre à la fin des années 1930 au musée du Louvre les natures mortes de Chardin, œuvres qui lui enseignent l’art de la composition et la sobriété de la palette colorée. Elle intègre l’École des Arts décoratifs et l’École du Louvre en 1940, et peint ses premières natures mortes.
En 1941, elle participe au Salon des moins de trente ans, avec des œuvres manifestes de sa première facture, aux tons sombres et cernes appuyés délimitant le contour des objets. Sa rencontre avec Jean Bauret, un industriel du textile, collectionneur et mécène, va changer sa vie de peintre : il met à sa disposition un atelier, ce qui lui permet de travailler à de grands formats. Jean Bauret la présente à la galeriste Jeanne Bucher et aux artistes qu’il soutient : Nicolas de Staël, Serge Poliakoff et Bram van Velde.
Conseillée par Othon Friesz, elle côtoie le groupe de l’Échelle en 1942, réunion de jeunes peintres travaillant autour de la nature morte. Dans l’atelier de la rue de la Grande-Chaumière, accessible par une échelle, Geneviève Asse, un peu à l’écart, crée ses premières natures mortes autour de boîtes empilées, disposées dans l’espace.
Elle gagne sa vie grâce à une commande de maquettes de tissus pour les soieries Bianchini-Ferrier, où elle développe des motifs plus figuratifs : pichets, poissons... À la suite de cette première expérience, Geneviève Asse, tout au long de sa carrière, expérimentera diverses techniques, de la gravure au vitrail.
La guerre, dans laquelle elle s’engage, constitue une vraie parenthèse dans son travail d’artiste.
Elle participe en 1946 au Salon d’Automne, peint avec une grande économie de moyens. Son voyage en Sicile et Calabre en 1948 est peut-être déterminant dans le changement de palette qui va s’opérer à cette période.
La galerie Michel Warren présente sa première exposition personnelle à Paris en 1954.
De la production de natures mortes et de paysages - elle qui n'a que très peu retracé la figure humaine - son art évolue très sensiblement au tournant des années 1960 vers une abstraction totale où les quelques notations figuratives disparaissent au profit d'un travail sur la ligne. La recherche de la lumière et de la transparence, constitue alors l'essentiel de ses recherches picturales, autour de deux couleurs principales, le bleu et le blanc, agrémentées parfois de rouge. Au fil des années, les toiles bleues ont créé un vocabulaire propre, et le Bleu Asse peut aujourd’hui être défini, tant il est unique, à la manière du Bleu IKB d'Yves Klein ou du Noir de Pierre Soulages.

En savoir plus



En savoir plus



Corps et Ombres : Caravage et le caravagisme européen

Affiche de l'exposition Corps et Ombres

23 juin 2012 - 14 octobre 2012

Dans le cadre de l’organisme de coopération francoaméricaine FRAME (French Regional American Museum Exchange), le musée Fabre de Montpellier Agglomération et le musée des Augustins de Toulouse s’associent au Los Angeles County Museum of Art et au Wadsworth Atheneum Museum of Art de Hartford pour présenter une exposition exceptionnelle consacrée au Caravagisme européen.

L’exposition Corps et ombres, Caravage et le caravagisme européen a reçu le label « exposition d’intérêt national » par le ministère de la Culture et de la Communication. Ce label récompense chaque année les musées de France qui mettent en œuvre un projet d’exposition remarquable par sa qualité scientifique, ses efforts en matière de médiation culturelle et son ouverture à un large public.

Les lundi 1er et mardi 2 octobre, des journées d'étude ont réuni les plus éminents spécialistes français et italiens autour des questions actuelles de la recherche sur le mouvement caravagesque.

En savoir plus



Jean Cocteau, unique et multiple

Autoportrait extrait du Mystère de Jean l'oiseleur, Champion, 1925. Dessin n° 6 © Comité Jean Cocteau

12 mai 2012 - 2 septembre 2012

Le musée Fabre de Montpellier agglomération met à l’honneur aujourd’hui, en partenariat avec le centre de recherche Rirra21 de l’université Paul-Valéry Montpellier III et grâce au soutien de la BU Lettres de Montpellier, de la Drac et du comité Cocteau, Jean Cocteau, unique et multiple, une exposition consacrée à cet artiste pour qui la poésie était au-dessus de tout.

En savoir plus



Montpellier, terre de faïences

Montpellier, terre de faïences © Montpellier Agglomération

28 avril 2012 - 23 septembre 2012

À l’occasion de l’inauguration simultanée des lignes 3 et 4 de son réseau de tramway, Montpellier Agglomération propose une exposition en deux volets dans ses deux musées, le musée Fabre et le site archéologique Lattara-musée Henri Prades, pour rendre compte des découvertes archéologiques faites ces dix dernières années préalablement aux travaux d’aménagement des lignes 1, 2 et 3 de son réseau.

En savoir plus