Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> >

Les grands parcours

Parcours ancien

Parcours ancien © Musée Fabre / Montpellier Agglomération

Les collections de peintures et de sculptures anciennes, du XVe au début du XIXe siècle, se répartissent en trois grands ensembles stylistiques et chronologiques. Le parcours s’ouvre sur la peinture flamande et hollandaise du XVIIe siècle, puis la peinture européenne du XIVe siècle au milieu du XVIIIe siècle pour s’achever sur la période néoclassique (fin du XVIIIe siècle - début du XIXe siècle). Un cabinet montre une sélection de dessins du musée et une salle rend hommage aux donateurs Fabre et Valedau.

Détails section par section

Parcours moderne

Parcours moderne © Musée Fabre / Montpellier Agglomération

Le mythe de l'artiste qui perdure jusqu'à nos jours, naît à l'époque romantique. Ce jalon temporel sert de point de départ au parcours moderne des collections, à découvrir dans la partie nord du collège des Jésuites. Romantisme, Orientalisme, Ingrisme, Réalisme, Impressionnisme, Fauvisme se déclinent jusqu'à l'apparition de l'abstraction, qui domine la fin des collections, et consacre le renouveau de la peinture jusqu'à l'époque contemporaine.

Détails section par section

Les Arts décoratifs

Hotel de Cabrières - Sabatier d'Espeyran, le salon vert © Musée Fabre / Montpellier Agglomération

L’hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran abrite le département des Arts décoratifs du musée Fabre. Légué en 1967 par Mme Frédéric Sabatier d'Espeyran, il est un témoignage unique de la société bourgeoise montpelliéraine de la seconde moitié du XIXe siècle. La structure du bâtiment et ses décors conservés au 1er étage permettent de percevoir les usages d’une famille de notables dans ses aspects les plus quotidiens.

Les period rooms du 1er étage, ressuscitant les appartements d’apparat du comte Despous de Paul, créent ainsi un rapport privilégié aux œuvres et à une époque, redonnant toute leur authenticité au lieu.
La présentation et l’agencement des meubles et des objets d’art du 2e étage reconstituent des ensembles mobiliers cohérents stylistiquement et chronologiquement, de l'époque de la Régence au début du XIXe siècle.
Au rez-de-chaussée, la collection de céramique et d'orfèvrerie du musée Fabre, constituée au gré des donations, legs, dépôts ou achats, compte à ce jour près de 500 pièces. Les acquisitions récentes dans le domaine de la faïence et de l’orfèvrerie languedociennes font de cet ensemble une collection de référence pour les arts appliqués méridionaux.  

Les Arts graphiques

Raphael, la dispute du Saint Sacrement © Musée Fabre / Montpellier Agglomération

Le cabinet des arts graphiques du musée Fabre compte parmi les plus belles collections françaises ; il s'est constitué grâce aux libéralités de plusieurs donateurs originaires de la région (Fabre, Valedau, Bonnet-Mel, Canonge, Bruyas, Cabanel). Riche de plus de 4000 feuilles, il propose un large éventail de dessins depuis la Renaissance italienne jusqu’au XXe siècle.

Considéré à juste titre comme le fond le plus important en nombre et en qualité, les collections françaises abritent un ensemble remarquable de dessins des XVIIe et XVIIIe siècles où sont représentés Poussin, Le Brun, Boucher, Fragonard, Greuze et David. Grâce a François-Xavier Fabre, elles abritent son important fonds d'atelier ainsi qu'une série exemplaire de dessins néoclassiques dus à ses contemporains (Gauffier, Hackert...). Les collections du XIXe siècle sont quant à elles redevables à Alfred Bruyas de feuilles de Millet, Barye ou Delacroix.
Le riche fonds italien dont les origines remontent à Fabre avec en particulier des oeuvres exceptionnelles de Raphaël a fait l'objet de récentes campagnes de restauration.
Le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures anciennes, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne Artothèque (dont certaines encadrées de grand format) qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXe siècle (Asse, Cueco, Jaccard, Alechinski, Boisrond, Di Rosa, Kuroda…).
Plusieurs cabinets sont aménagés au sein du parcours pour des expositions thématiques de dessins et de gravures. Les présentations se font par roulement, ces œuvres très fragiles ne pouvant être exposées plus de trois mois. L'ensemble des oeuvres sur papier conservées en réserve est accessible aux chercheurs sur rendez vous.