La section d'Or, fortune du cubisme

14 décembre 2000 - 17 mars 2001

Pavillon du musée Fabre, Montpellier

Né dans les ateliers de Braque et Picasso en 1905, le cubisme attire tout ce que la modernité compte d’artsites : Léger, Gris, les frères Duchamp, Picabia, Archipenko, Gleizes, Metzinger, Marcoussis qui réunis en 1912 dans la Section d’Or.

Sous ce mystérieux label, évocateur de l'antique principe du Nombre d'or, ces artistes entendent donner une solide assise au cubisme et jeter les bases d'un nouveau langage artistique en phase avec la modernité. La manifestation défendue par Apollinaire dans une atmosphère de scandale, connaît un succès sans précédent et révèle au grand jour l'étendue et la diversité de la révolution cubiste.

Après que bien des illusions et des destinées talentueuses se soient brisées dans la Grande Guerre, la Section d'Or est refondée en 1920 sous la forme d'une association d'artistes, plus que jamais cosmopolite, accueillant dans ses rangs de grandes figures de l'art russe, telles Larionov et Gontcharova. Une tournée organisée en Europe, Amsterdam, Bruxelles, Genève, Rome permet à Mondrian, Van Doesburg, Balla, Severini, de s'associer au mouvement.



Cécile Debray, La Section d'Or, 1912-1925, le cubisme écartelé, mardi 9 janvier 2001, Salle Pétrarque, place Pétrarque, Montpellier, 18h30.

Françoise Lucbert, La Section d'Or, une exceptionnelle rencontre entre artistes et écrivains, mardi 23 janvier 2001, Salle Rabelais, boulevard Sarrail, Montpellier, 18h30.

Jean-Claude Marcadé, Cubisme, futurisme, primitivisme chez les artistes de Russie et d'Ukraine à Paris entre 1912 et 1925, mardi 20 février 2001, Salon du Belvédère, Le Corum, Montpellier, 18h30.

Christian Briend, Albert Gleizes ou le cubisme en majesté, mardi 27 février 2001, Salon du Belvédère, Le Corum, Montpellier, 18h30.