Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> >

Les nouvelles acquisitions

Philippe-Auguste Jeanron, Portrait de Théophile Sylvestre

Philippe-Auguste Jeanron, Portrait de Théophile Sylvestre © Musée Fabre de Montpellier Agglomération

Philippe-Auguste Jeanron, 1809-1877

Portrait de Théophile Sylvestre

1852-1853

Huile sur papier marouflé sur toile

50,3 x 57,2 cm

2010.11.1

Hist.: Paris, Galerie Talabardon et Gautier ; achat de la Communauté d’Agglomération de Montpellier avec l'aide du F.R.A.M. Languedoc-Roussillon, 2010.

Le tableau signé par Philippe-Auguste Jeanron est un très intéressant et rare portrait de Théophile Silvestre. Outre les qualités évidentes de l'œuvre (belle tonalité brune et verte, écriture cursive proche de Courbet ou de Manet, cadrage insolite…), il faut souligner son grand intérêt iconographique. En effet, Silvestre, un des plus grands critiques de son époque, rencontra Bruyas lors de ses séjours parisiens vers 1853. Bruyas envisagea par la suite de lui confier la rédaction du catalogue de sa collection. Après une longue période de sommeil, le projet fut réactivé à partir de 1872 au moment où Silvestre, en grande difficulté financière depuis la chute de l'Empire, était à la recherche d'un mécène.

Silvestre mit ses talents de critique au service de ce catalogue, unique en son temps, et encouragea Bruyas à compléter sa collection avec de nouveaux tableaux (Courbet, Delacroix, Gérôme…). Peu avant de mourir, en juin 1876, Silvestre approcha le républicain Gambetta pour faire obtenir à Bruyas la Légion d'Honneur. La copieuse correspondance que les deux hommes échangèrent tout au long de leur vie est un document essentiel pour la connaissance de l'art au 19ème siècle.

Ce tableau inédit vient fort à propos compléter les collections du musée Fabre qui conserve, comme on le sait, une belle série de portraits de Bruyas lui-même.


Retour