Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> >

Les nouvelles acquisitions

Montpellier, Atelier Jacques et Étienne Boissier, Fontaine

Ateliers Boissier, Fontaine © Musée Fabre de Montpellier Agglomération

Montpellier, Atelier Jacques et Étienne Boissier

Fontaine

Vers 1660-1692

Faïence stannifère, décor de grand feu en camaïeu bleu

H. 34 cm x D. 19,8 cm

Inv. 2012.3.1

Hist. : Montpellier, coll. Marc Soulier antiquaire ; achat de la Communauté d’Agglomération de Montpellier, 2012.

Si les pièces d’apothicaireries sont nombreuses à être parvenues jusqu’à nous, les objets de toilette tels que cette fontaine ou lave-mains sont beaucoup plus exceptionnels. Montrée lors de l’exposition Montpellier, Terre de faïence, potiers et faïenciers entre Moyen Âge et XVIIIe siècle en 2012, elle fait partie des rares pièces pouvant être attribuées avec certitude à l’atelier Jacques et Étienne Boissier.

Les deux faïenciers appartiennent à l’une des plus importantes familles de céramistes montpelliérains. Installés au faubourg du Pila-Saint-Gély depuis la fin du XVIe siècle, les plus anciens membres de la famille Boissier sont d’abord de simples potiers de terre. Jacques Boissier (1618-1678) est le premier à être qualifié de « Me potier de terre et en fayance » en 1657. A partir de 1660, il agrandit la parcelle dont il hérite et réaménage l’atelier et les fours. A sa mort, son fils aîné Étienne (1653-1692), maître faïencier, reprend l’atelier à son compte. La mort prématurée d'Étienne, à l’âge de 39 ans, met fin à l’activité céramique de cette branche de la famille Boissier.

En 2001, les fouilles archéologiques de l’atelier Boissier (rue de l’Arquebuse), ont mis au jour un matériel abondant qui donne une riche image du répertoire des deux artisans. De  nombreux rebuts et résidus d’atelier (ratés de cuisson, fragments de moule…), permettent d’identifier les productions de cette fabrique (cf. Les Boissier au Pila-Saint-Gély, Montpellier, terre de faïences : potiers et faïenciers entre Moyen Age et Renaissance, pp. 250-263).
 
Cette fontaine présente certains caractères permettant son attribution à l’atelier de Jacques et Étienne Boissier. Elle porte au-dessus de l’orifice du robinet une tête d’ange moulée qui a été façonnée par estampage à partir d’un moule de dosseret de bénitier. Ce mascaron en léger relief est identique à un biscuit de bénitier à l’ange trouvé lors de la fouille de l’atelier Boissier. La fontaine a été entièrement revêtue d’émail blanc peint de motifs en camaïeu bleu cobalt qui exploitent un répertoire extrême-oriental, de bouquets et d’oiseaux, dans trois médaillons se détachant sur un fond de résille. Ces motifs qui évoquent les vases au goût de la Chine connaîtront une grande fortune dans la production de carreaux de Montpellier.


Retour